Saint-Malo Affaire Céline : viol et meurtre confirmés

Pour commencer à créer votre page, cliquez ici et entrez votre texteceline-st-malo-001-1.jpg

Affaire Céline : les terribles révélations

 

Publié le 11/07/2012 à 17:36 par samso9
 

Le Pays Malouin 

L’enquête sur la mort de la jeune fille de 16 ans, dont le corps avait été retrouvé dans l’anse des Corbières le 28 février dernier, avance. Le viol et le meurtre ont été confirmés, vendredi 6 juillet par le Procureur de la République de Rennes. Pour la première fois, le papa de Céline témoigne.

Un peu plus de quatre mois après la disparition de Céline, une jeune fille de 16 ans originaire de Piré-sur-Seiche près de Janzé au sud-est de Rennes, le Procureur de la République de Rennes, Thierry Pocquet du Haut Jussé a confirmé la poursuite de la procédure ouverte pour meurtre et viol. « L’expertise médico-légale confirme à ce jour l’existence d’une agression sexuelle ayant précédé le décès de la jeune fille », a-t-il déclaré.
Portée disparue le lundi 27 février dans l’après-midi, son corps avait été retrouvé le lendemain, à 10 h, dans l’Anse des Corbières, à Saint-Servan.

Une mort par noyade
Si la mort par noyade avait été avérée dès le début de l’enquête, on sait aujourd’hui que le décès de Céline a été précédé d’une agression sexuelle. Selon nos informations, Céline aurait été violée et jetée du haut de la falaise. Mais la jeune fille de 16 ans, souffrant de multiples fractures ne serait pas morte de la chute. Elle aurait ensuite été déplacée dans l’eau. Ce qui expliquerait la mort par noyade.
Contacté ce lundi 9 juillet par téléphone, Patrick Giboire, le papa de Céline, connu dans le pays de Vitré pour être le président de la Coopérative des Fermiers de Janzé, s’est exprimé pour la première fois sur cette douloureuse affaire. « Nous sommes convaincus depuis le début que Céline ne s’est pas suicidée. Aujourd’hui, nous en avons la preuve. Mais nous ne sommes pas soulagés pour autant. Nous le serons quand nous saurons qui a fait du mal à notre fille ». Le mystère demeure également sur la présence de Céline à Saint-Malo « une ville où elle n’avait pas l’habitude d’aller. Sans compter que le Parc des Corbières est un lieu reculé et méconnu. »

« J’espère que des témoins vont parler »
Digne et déterminé, Patrick Giboire place désormais tous ses espoirs en la justice. « La police et les médecins légistes connaissent leur métier. Je sais qu’ils disposent de peu d’indices. L’enquête sera sans doute très longue mais nous irons chercher la vérité ». Ce papa de cinq enfants, à la tête d’une famille très soudée, espère également que des témoins vont enfin sortir du silence. « Au début, la thèse du suicide était avancée. Mais désormais, on sait que c’est un meurtre. J’espère que cela va inciter des personnes qui ont vu ou entendu quelque chose à se manifester. Il ne faut pas que la ou les personnes qui ont tué Céline puissent recommencer. »
Des investigations se poursuivent sur commission rogatoire du juge d’instruction. L’enquête reste entre les mains de la direction interrégionale de police judiciaire de Rennes.

Nathalie TROPÉE

 

Appel à témoins
Les automobilistes ayant pris en stop Céline entre Rennes et St-Servan le 27 février dernier ne se sont pas encore manifestés. Leur témoignage est pourtant crucial pour l’avancée de l’enquête.
Tous autres témoignages pouvant apporter un éclairage sur le déroulement de la journée de la jeune fille, son état d’esprit et les raisons de sa venue à Saint-Malo sont essentiels à la manifestation de la vérité.
Ces témoins sont invités à contacter le service chargé de l’enquête au numéro suivant : 02 99 79 87 87.

 

Le rappel des faits


Lundi 27 février. Céline, étudiante en 1ère STG au lycée Jeanne-d’Arc de Rennes est portée disparue. Très vite, sa fugue est déclarée auprès de la brigade des mineurs de Rennes, qui procède à son inscription au fichier des personnes recherchées. L’hypothèse de la fugue est dans un premier temps privilégiée.


Mardi 28 février. Céline est retrouvée morte noyée à Saint-Malo. Son corps habillé gisait au pied d’une falaise dans l’Anse des Corbières. Les proches de la victime ne s’expliquent pas sa présence à Saint-Malo, une ville où elle n’avait pas l’habitude de se rendre. Son portefeuille et son sac, vides, ont été retrouvés dans une poubelle en haut de la falaise. Son écharpe a été retrouvée enroulée autour d’une rambarde de bois, à quelques mètres. Ses lunettes étaient posées sur son écharpe.


Mercredi 29 février. L’autopsie pratiquée sur le corps de Céline permet d’établir que la jeune fille est décédée par noyade.


Jeudi 1er mars. Si, dans un premier temps, la thèse du suicide avait été avancée, l’enquête s’oriente alors vers la piste criminelle. Le corps de Céline porte des traces de rapports sexuels. Il reste toutefois à déterminer si ces rapports étaient de nature consentie ou pas. Un témoignage révèle que Céline aurait été vue marchant seule le long de la nationale 137, en direction de Saint-Malo, lundi 27 février.


Samedi 3 mars. Les obsèques de Céline sont célébrées en l’église de Piré-sur-Seiche.


Jeudi 8 mars. Les enquêteurs doivent procéder à de nouveaux prélèvements. Le corps de Céline est exhumé.


Mercredi 4 avril. L’appel à témoins est relancé.


Vendredi 6 juillet. Le meurtre et le viol de Céline sont confirmés par le Procureur de la République de Rennes, Thierry Pocquet du Haut-Jussé. L’appel est à témoins est de nouveau relancé.

 

 

 

Affaire Céline: une nouvelle autopsie

De nouveaux prélèvements permettront peut-être de déterminer si l'adolescente a été violée.

  • Géraldine Lassalle
  • Publié le 15/03/2012 | 11:20, mis à jour le 03/07/2012 | 11:32
 
 
Le corps a été exhumé ce matin pour des prélèvements complémentaires à la demande d'un juge d'instruction rennais. Il s'agit de déterminer si l'adolescente a subi des violences sexuelles ou bien si les traces de violences retrouvées sur son corps sont uniquement dues à sa chute. La première autopsie avait indiqué qu'elle avait bien eu un rapport sexuel avant sa mort mais sans pouvoir déterminer s'il s'agissait d'un viol. 
 

Le corps de Céline, une adolescente âgée de 16 ans, avait été découvert le 28 février sur des rochers au pied d'une falaise bordant le parc des Corbières, dans le quartier Saint-Servan de Saint-Malo. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'adolescente avait fugué de son internat à Rennes et s'était rendue seule en stop à Saint-Malo. Un appel à témoin a été lancé pour tenter de retrouver les conducteurs qui auraient pris en charge l'adolescente. 
La semaine dernière, une information judiciaire avait été ouverte contre X pour "viol et homicide volontaire". Mais aucune piste n'était alors privilégiée.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site